Saraguro: terre indigène et monde andin. 30/ 31 mai 2015

  • Cathy Ferré
  • Équateur
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015

Me voilà donc au Sud de l'Équateur, en direction de la frontière du Pérou.

J'ai refait mon sac à dos et j'ai dit au revoir à Lucía, la larme à l’œil, mais prête à entamer vraiment la partie solitaire de mon voyage. Après quelques hésitations sur la première escale, j'avais décidé de filer directement vers le sud, sans faire d'étapes dans des lieux déjà connus comme la région de Latacunga, au pied du Cotopaxi, celle de Riobamba près du Chimborazo, ou la splendide ville de Cuenca.

​J'ai donc traversé de nuit tous ces endroits puisque, le 27 mai, à 21h, j'ai pris un bus- cama (couchette) de Quito à Loja, plus cher bien sûr qu'un bus ordinaire mais tellement plus confortable: position allongée, couverture, collation, et dodo. 8 h et 620 km plus tard, j'arrive au sud de la "vallée des volcans" à Loja, dont je vous parlerai dans le prochain article. 2 jours après, je remonte une soixantaine de km un peu plus au Nord à Saraguro, 2630 m d'altitude, chef-lieu du canton où vit ce groupe kichwa de la sierra, qui a résisté à la conquête espagnole et conserve encore sa langue et une grande partie de ses traditions.

​Comme d'habitude, cliquez sur les photos pour les agrandir et laissez défiler les deux diaporamas.

​HÉBERGEMENT COMMUNAUTAIRE

A Saraguro, j'ai logé 2 nuits dans l'hôtel de tourisme communautaire Achikwasy. Encore une agréable villégiature, avec de belles et grandes chambres, un jardin fleuri et une vue imprenable sur le village et la campagne environnante. Quand c'est possible, je privilégie ce genre d'hébergement alternatif, assez bien développé en Equateur, qui permet d'appuyer les projets des communautés et d'avoir des échanges moins superficiels et strictement commerciaux que dans les hôtels privés. En l'occurrence, nous n'étions que 5 locataires ce week-end là et nous avons passé des heures bien sympathiques au coin du feu après la soupe à la quinoa du soir, la vie nocturne de Saraguro étant assez limitée.

Il existe à Saraguro une autre organisation de tourisme communautaire, avec hébergement dans des familles mais je ne l'ai su que plus tard, à retenir pour une autre occasion.

Donc 2 jours très calmes de promenades dans le village et les chemins, le marché du dimanche et une belle surprise à découvrir en bas de page.

Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015

​Plaza Central de Saraguro à l'heure de la messe.

Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015

LE MARCHÉ

L'Équateur, c'est le pays des marchés. J'adore les marchés! Chaque ville, chaque village a son grand marché hebdomadaire où se rendent les paysans venus en camion des alentours pour vendre les produits de leurs terres. Le plus célèbre est le très touristique marché d'Otavalo, dans l'Imbabura, au nord de Quito mais il y en a des dizaines d'autres. J'en ai vu un certain nombre au cours de mes différents séjours dans le pays, mes préférés sont ceux de Saquisilí, face au Cotopaxi, Zumbahua, près de la magnifique lagune de Quilotoa, Guamote et Alausi, au pied du Chimborazo. Celui de Saraguro vaut aussi le déplacement, il a lieu le dimanche. Comme dans la plupart des marchés équatoriens, il faut d'abord faire un tour à la feria des animaux où s'échangent veaux, vaches, cochons et...cuyes ( cochons d'Inde, destinés aux plats de fête, mais je n'en ai pas vus à Saraguro). Puis on peut se restaurer et faire ses provisions dans les comedores et les étals de fruits, légumes, vêtements, artisanat, qui débordent dans les rues. Jetez un coup d’œil au diaporama ci-dessous. Remarquez au passage le stand de jupes colorées, les différentes variétés de pommes de terre et le petit cochon grillé (lechón), menu spécial du dimanche.

Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015

BODA TRADICIONAL

Parfois, en voyage, on a une veine incroyable et on se retrouve au milieu d'une noce traditionnelle des indiens Saraguro, dans un paysage somptueux, près de la lagune sacrée de Patonadana, avec rituels à la Pachamama et des gens merveilleux qui vous accueillent avec la simplicité et la générosité des plus humbles. Cette chance, je l'ai eue grâce à Agathe, ancienne service civique de FAL en Colombie et en volontariat pour quelques mois auprès d'une association de femmes à Loja. Elle était invitée au mariage du frère d'un collègue de travail à San Lucas, entre Loja et Saraguro et m'a embarquée dans l'aventure. Une journée inoubliable qui a commencé par une expédition en camionnette sur des pistes improbables pour monter à la lagune au bord de laquelle nous attendait le chaman, sur un terrain jonché de pétales de fleurs et de paniers de fruits. Pour vous faire une idée sur ce magnifique spectacle, regardez les photos et le diaporama ci-dessous.

Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Saraguro: terre indigène et monde andin.  30/ 31 mai 2015
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog