Sucre, ville blanche, terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015

  • Cathy Ferré
  • Bolivie
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015

Sur la carte, la route entre Purata, près de la Higuera, et Sucre semblait la plus courte; elle l'était sans doute mais n'en était pas pour autant très rapide! En fait, comme souvent en Bolivie, il s'agit sur la plus grande partie du trajet d'une piste de terre escarpée, au bord de précipices impressionnants. Point positif: on traverse des paysages magnifiques et variés. Point négatif: on se fait bien secouer.... Nous avons fait ce voyage avec nos amis espagnols, après les deux jours passés ensemble sur le chemin du Che, avec une étape d'une nuit à Villa Serrano et nous sommes arrivés à Sucre, le 10 juillet dans l'après-midi.

Sucre, capitale constitutionnelle du pays, 2700 m d'altitude, environ 300 000 habitants, l'une des plus anciennes villes coloniales d'Amérique du Sud, vaut vraiment la visite: il y a beaucoup de superbes monuments à visiter, l'ambiance y est douce et animée, il fait bon se promener dans les rues et les marchés ou prendre le frais sur la place 25 de Mayo, c'est le point de départ de belles excursions dans les montagnes environnantes.

Nous y avons donc passé du temps, et bien plus que ce que nous avions prévu, vous saurez pourquoi en bas de page.... Donc, peu nombreux sont les lieux touristiques de la ville qui nous ont échappé!

Ci-dessous, quelques images qui montrent bien que sa réputation de "Ville blanche" n'est pas usurpée. Voici le magnifique monastère San Felipe de Neri dont le toit offre une vue époustouflante, la jolie et haut perchée place de la Recoleta, quelques beaux patios dont celui de l'Université San Francisco (l'une des plus anciennes du pays), le couvent Santa Clara.... Pensez à cliquer sur les photos pour les agrandir.

Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015

​On a eu aussi tout le temps de visiter les nombreux musées de la ville. Voilà quelques images prises au musée anthropologique, au musée d'art contemporain et au couvent Santa Clara. Entre autres, cette momie inca très impressionnante.

Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015

​Sucre est bien pourvue en marchés vivants et colorés: au Mercado Central et au Mercado Campesino, on trouve des fruits et légumes magnifiques et gigantesques, des dizaines de variétés de pommes de terre, on peut se régaler des spécialités de la région (le chorizo local en particulier). Dans les rues des stands vendent même les textes de lois et la Constitution, comme au Venezuela. Les habitants de l'État Plurinational de Bolivie, comme ceux de la République Bolivarienne du Venezuela, peuvent et veulent connaître leurs nouveaux droits.

Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015

MARCHÉ DE TARABUCO

​A une cinquantaine de kilomètres de Sucre, dans le village de Tarabuco, se tient tous les dimanches un des marchés les plus célèbres du pays. Ce jour-là, les rues et la place principale sont transformées en une grande feria où les habitants des alentours, vêtus de leurs costumes traditionnels, viennent vendre et acheter tous les produits possibles: fruits, légumes, céréales, et aussi le bel artisanat local qui attire les touristes. Malgré la présence de nombreux étrangers, ce marché a gardé son authenticité et est un plaisir pour les yeux.

Petit diaporama ci-dessous.

Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015

​TREKKING DANS LES VILLAGES JALQ'A

​Mais il n'était pas question de passer notre temps à faire les boutiques ou à baguenauder dans les musées, il fallait bien aussi aller transpirer à grimper et descendre des chemins escarpés à 3500 m d'altitude.

Nous voilà donc parties pour deux jours de rando, avec six heures de marche par jour, dans la Cordillera de los Frailes, et les territoires des jalq'a, population rurale qui vit dans ces vallées reculées. En fait, j'avais prévu depuis longtemps cette excursion et dès notre arrivée à Sucre, nous avons fait le tour des agences pour l'organiser car ce n'est pas évident d'aller dans ce coin sans guide.

​A Sucre, on avait retrouvé notre copine Elisa, qu'on a embarquée dans l'aventure. Le matin du départ, on a fait la connaissance de Inke, hollandaise vivant en France, qui était aussi de la partie et de Cris, notre jeune guide qui s'est révélé d'une grande compétence et nous a beaucoup appris sur la région, sa géologie, ses légendes, le mode de vie de ses habitants, les vertus curatives des plantes......Donc, un joyeux petit groupe international, surtout féminin, sous la houlette d'un garçon, d'abord impressionné par cette bande de nanas, mais qui a vite trouvé ses marques et nous a bien facilité le contact avec les villageois dont la plupart ne parle que quechua, langue que Cris domine parfaitement.

Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015

​La rando, magnifique, commence par une heure de taxi collectif qui grimpe le long d'une piste defoncée, comme de bien entendu, et nous transporte mille mètres au dessus de Sucre, jusqu'à la chapelle de Chataquila, où on laisse quelques feuilles de coca en offrande à la Virgen de Guadalupe. Cris a emporté un grand sac de feuilles de coca, qu'il offrira aux indiens rencontrés sur la route et que nous mâcherons aussi dans les montées. Mais au début, tout va bien puisque ça descend, sur le splendide ancien chemin inca, dans un incroyable paysage de roches de toutes les couleurs jusqu'à Chaunaca, où on pique-nique. Après, ça se complique un peu, parce que ce qu'on a descendu, il faut bien le remonter mais tout est tellement beau qu'on supporte la fatigue et la sensation de jambes coupées que donne l'altitude. En fin d'après-midi, on arrive au village de Maragua au coeur du dénommé cratère de Maragua, qui en fait n'est pas un cratère volcanique ni formé par la chute d'un météorite mais une dépression créée par des failles géologiques. On passera la nuit dans les cabañas communautaires après un très copieux repas et des récits de légendes locales. Entre autres, celle de ce jeune prêtre de 19 ans, amoureux d'une fille du village, mystérieusement disparu alors qu'il s'était isolé pour penser à sa bien-aimée près d'une grotte. La rumeur dit que c'est le diable qui l'a emporté....

Le lendemain, départ très tôt et encore 5/6 heures de marche dans des paysages toujours aussi somptueux pour aller à Niñu Mayu où on peut observer et même toucher des empreintes de dinosaures figées pour l’éternité dans la roche, puis au village de Potolo où on a dejeûné puis pris un bus de retour à Sucre.

Ci-dessous, diaporama à laisser défiler, la promenade commence à la pancarte qui annonce le chemin inca.

Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015

​Les villages jalq'a sont aussi connus pour les superbes tissages élaborés par les femmes de la région. Un artisanat ancestral qui ne cesse de s'améliorer et de se complexifier. Un programme impulsé par l'association ASUR, qui gère un très beau musée du textile à Sucre, fait en sorte de valoriser ce travail traditionnel qui reflète la culture et l'identité de la population. En raison de l'effort de précision et d’acuité visuelle que ce travail représente, les femmes du village ne peuvent y consacrer plus de 5 heures. Il n'existe aucun modèle à suivre pour l'élaboration de ces tissus, tout sort de l'imagination de l'artiste et chaque œuvre est unique. Les tissages jalq'a, uniquement rouges et noirs, symbolisent les êtres du monde souterrain alors que ceux de Tarabuco, beaucoup plus colorés, représentent le monde terrestre.

Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015
Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015

​Et voici le lien pour lire la page de blog que Elisa a consacrée à notre excursion en terre jalq'a. Avec humour et talent, et en espagnol, bien sûr.

​De retour à Sucre après ces deux jours en terre jalq'a, on avait bien l'intention de suivre à la lettre notre programme qui dessinait une magnifique boucle sur la carte de Bolivie: prendre un bus de nuit pour Tarija et y rencontrer les campesinas de l'association Bartolina Sisa et de la radio communautaire Pachamama, dont France Amérique Latine soutient le projet, et de là, partir pour Tupiza pour faire le tour du Sud Lípez et du mythique salar de Uyuni, avant de remonter vers le nord. Que nenni ! Un mouvement social bloquait depuis plusieurs jours les accès à la ville de Potosí, et toutes les routes du Sud passent par Potosí... On avait naïvement cru que les négociations avec le gouvernement règleraient les choses mais le Comité Civique de Potosí refusait de dialoguer avec qui que ce soit d'autre que Evo en personne et Evo était en Argentine...... Donc, plus les jours passaient et plus le mouvement se radicalisait, avec des demandes classiques très légitimes (éducation, santé, hôpitaux, routes.....) et d'autres plus problématiques comme la construction d'un aéroport international. Surtout il y a en arrière plan une logique séparatiste qui consiste à dire " la région de Potosi détient les richesses du pays, donc elle doit les garder" et ce mouvement rassemble des groupes sociaux très variés et qui n'ont pas du tout les mêmes intérêts. Bref, c'est difficile de s'y retrouver..... Toujours est-il que la ville de Potosí était bloquée, que des tas de gens étaient coincés à Sucre, que des bus partaient et devaient rebrousser chemin...

​Ci-dessous, quelques articles pour vous faire une idée.

Nicole et moi avons fait deux tentatives de rejoindre Tarija par des supposés desvíos (détours). En vain, donc on a changé nos plans et on a mis le cap sur Cochabamba.

La suite dans le prochain épisode.

Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015Sucre, ville blanche,  terre ocre, marchés colorés..... Et routes bloquées! 10/17 juillet 2015

​A Sucre, on a séjourné avec plaisir dans cet hôtel qui a tout ce qu'on peut espérer: des chambres agréables, un patio, des terrasses, une cuisine collective, un prix très abordable, des douches bien chaudes ( ce qui n'est pas si fréquent en Bolivie) et une ambiance des plus détendues. Tenu par des européens qui savent ce qui plaît aux voyageurs européens! A réserver à l'avance pour avoir de la place.

GP suite locale enfin presque ... 10/08/2015 11:26

Chère Cathy , Ton récit est magique ..et les photos !etc.. ...me rappellent presque tout ce qu'on a parcouru voici 13 années déjà.. Je ne résiste pas à citer ce que tu sais ...
Caminante no hay camino

Antonio MACHADO



Extracto de Proverbios y cantares (XXIX)

Caminante, son tus huellas
el camino y nada más;
Caminante, no hay camino,
se hace camino al andar.
Al andar se hace el camino,
y al volver la vista atrás
se ve la senda que nunca
se ha de volver a pisar.
Caminante no hay camino
sino estelas en la mar.

Cathy Ferré 10/08/2015 23:13

El camino se hace al andar, paso a paso.....Magnífico poema de Machado, del que Yuri Buenaventura hizo una salsa que hay que escuchar y bailar....Abrazos.

michele 10/08/2015 09:58

Coucou , Cathy , les articles sont toujours très inintéressants , un voyage en soi
des bises à vous deux

Cathy Ferré 10/08/2015 23:09

Très inintéressants, dis-tu, ma chère Michèle, j' espère que ton clavier a fourché!!! Bises et à bientôt......

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog