Bogotá. 20/24 août 2016

  • Cathy Ferré
  • Colombie
Bogotá. 20/24 août 2016

Je connais bien la capitale colombienne où j'ai longuement séjourné pendant mon long voyage de 1985 et où je suis retournée en 2013. Je n'y suis donc restée que quelques jours, le temps de revoir des copains et de reprendre le rythme de la ville. J'y suis arrivée en trois heures de bus depuis Villa de Leyva et j'en suis repartie en avion pour Leticia, au coeur de l'Amazonie.

Comme d'habitude, cliquez sur les images pour les agrandir et laissez défiler les trois diaporamas. Si vous utilisez une tablette, mettez-la en position horizontale pour bien voir les photos. En bas de cette page, vous saurez quel village a gagné le concours du plus beau village de mon parcours entre la Caraïbe et Bogotá.

Bogotá. 20/24 août 2016

CENTRE COLONIAL

​​Le centre colonial de Bogotá n'est ni aussi grand ni aussi beau que celui d'autres grandes villes latino-américaines, mais il est quand même bien agréable de se promener autour de la Plaza Bolívar et dans le vieux quartier de la Candelaria, d'autant plus que de nombreuses rues sont piétonnes et qu'on peut visiter au passage de magnifiques églises.

Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016

Bogotá est une ville particulièrement généreuse avec les cyclistes. 376 kms de pistes cyclables sillonnent la ville et, le dimanche, cyclistes, patineurs et piétons se voient réserver 120 kms de rues et de voies rapides, dont l'immense Avenida Séptima, par ailleurs en permanence interdite aux véhicules, sur sa portion la plus centrale. Question transport, tous les quartiers de Bogotá et les banlieues sont facilement accessibles grâce au réseau du Transmilenio, sorte de tramway, certes bondé aux heures de pointe et plutôt complexe, mais qui permet d'aller vraiment partout.

Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016

BOGOTÁ MODERNE

La capitale ne manque pas de grands édifices contemporains, de gratte-ciel vertigineux et de beaux bâtiments à l'architecture futuriste, comme l'émouvant Centre pour la Mémoire la Paix et la Réconciliation, ou les superbes facultés de la prestigieuse Université Nationale, la seule publique et gratuite dans un pays où le droit à l'éducation supérieure est une bataille prioritaire.

Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016

ART MURAL

À Bogotá, le graffiti, le plus souvent politique, est devenu un art populaire qui se développe et se renouvelle sans cesse. Les thèmes de prédilection des artistes tournent autour des grands débats actuels: le processus de paix, les revendications paysannes, la souveraineté alimentaire, le respect de la nature, la reconnaissance des cultures indigènes et afrocolombiennes. On peut aussi voir des tags en hommage aux héros révolutionnaires tels que le Che et le curé-guérillero Camilo Torres. Quelques exemples en diaporama sur les murs de la Candelaria et de la Universidad Nacional.

Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016

ART PRÉCOLOMBIEN

​Lors de mes précédents séjours à Bogotá, j'ai plusieurs fois visité le magnifique et très pédagogique Museo del Oro. Cette fois-ci, j'avais l'intention de m'en passer et de consacrer mon dernier après-midi dans la capitale à la montée en téléphérique au monastère de Monserrate pour admirer le point de vue. La météo en a décidé autrement: il pleuvait et, dans ces cas-là, rien de tel que se mettre à l'abri dans un musée et d'admirer les beautés du passé. Le musée de l'or de Bogotá, même déjà vu et revu, vous en donne toujours pour votre argent et vous en met plein les mirettes avec sa profusion de céramiques et surtout de bijoux des civilisations muisca, tayrona, calima etc......

Regardez ces merveilles dans le diaporama ci-dessous.

Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016

ART CONTEMPORAIN

Bien entendu, comme à Medellín. Botero est présent et même omniprésent dans les musées de Bogotá. Plusieurs étages lui sont consacrés dans le grand complexe culturel du Banco de la República, auquel il a offert nombre de ses oeuvres. Petit échantillon ci-dessous.

Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016

Je suis fan d'art naïf latino-américain. Il y avait justement une exposition au centre culturel Gabriel García Marquez, je ne l'ai pas manquée.

Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016

AMIS DE BOGOTÁ

​Je tenais surtout à revoir mes amis de Bogotá et à passer du temps avec eux. J'ai partagé un délicieux repas et une soirée familiale avec Harold, María-Lucía et Sandra, une belle promenade à la Candelaria et un concert dans le Parque de los Novios avec Mónica et sa petite famille. Quant à Natalie, et sa mère Emilia (dont je n'ai pas de photo, dommage), elles m'ont généreusement accueillie dans leur grande maison au jardin fleuri et nous avons partagé des conversations passionnantes.

Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016 Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016

PROMENADE À ZIPAQUIRÁ

​En une heure de bus depuis le "Portal Norte" du Transmilenio, j'ai atteint la jolie petite ville de Zipaquirá, à 50 kms au nord de Bogotá et j'y ai passé une agréable journée. D'abord, la place principale est ravissante et j'y ai pris un délicieux repas sur une terrasse avec vue sur la jolie église coloniale. Mais, surtout, j'ai visité l'impressionnante Catedral de Sal, construite dans une mine de sel souterraine à 180 mètres sous sol et considérée comme une des plus remarquables réalisations de l'architecture colombienne. Ces mines ont commencé à être exploitées bien avant l’arrivée des espagnols par les indigènes qui utilisaient le sel comme offrande à la Pachamama, la Terre-Mère. Pus tard, après que les colons espagnols aient évangélisé à la force les indigènes, les mineurs décoraient les murs de la mine d'images saintes. C’est ainsi qu'en 1950, est née l’idée de construire une cathédrale sur le lieu de travail, afin de demander à Dieu protection et bénédiction, mais menacée d’effondrement, cette première cathédrale dut fermer ses portes en 1990. Un an plus tard, un concours d’architecture a été ouvert pour bâtir une toute nouvelle cathédrale au 4ème et dernier palier de la mine (soit 60m plus bas que l’ancienne). L’architecte Roswell Gravito Pearl gagna le concours avec son projet : un chemin de croix amenant jusqu’à une grande salle en forme de coupole. En fait, en 1985, j'avais visité l'ancienne cathédrale et je n'en avais pas gardé un souvenir impérissable. Celle-ci, bien que plutôt kitsch, vaut le déplacement.

Dans le diaporama ci-dessous, vous pouvez voir quelques photos de la place principale de Zipaquirá et de la Cathédrale de Sel.

Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016

LA PAIX ENFIN ?

​Lorsque je suis arrivée en Colombie, le cessez-le-feu bilatéral et définitif entre les FARC et le gouvernement venait d'être déclaré. Au moment où je quitte Bogotá, c'est l'accord de paix qui est enfin signé après plus de deux ans de négociations à La Havane. C'est un immense espoir pour le peuple colombien, même si beaucoup reste à faire en matière de justice sociale et de droits humains. Le 2 octobre, aura lieu un plébiscite pour dire oui ou non à la paix. La campagne a commencé: les partisans de l'ancien président Uribe et la droite extrême appellent à voter No, toutes les autres forces militent pour le Sí. L'avenir du pays dépend du résultat de ce référendum.

Bogotá. 20/24 août 2016
Bogotá. 20/24 août 2016

AND THE WINNER IS

Vous vous êtes prononcés sur le choix du plus beau village colombien parmi les quatre que j'ai parcourus entre la côte Caraïbe et Bogotá. J'ai reçu quelques mails, un vote en commentaire sur ce blog et plusieurs sur ma page Facebook. Le village gagnant est donc Mompox, suivi par Monguí et Villa de Leyva à égalité. Mompox était aussi mon coup de coeur, mais Monguí et ses paysages extraordinaires m'ont aussi énormément séduite. De toute façon, tous ces villages sont extraordinaires.

​​Prochaine et dernière étape en Colombie : Leticia, Puerto Nariño, l'Amazonie....

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog